Les sources du gaspillage : Les mouvements inutiles

Par | Juin 9, 2020 | Amélioration continue

Ce blogue fait partie d’une série de sept blogues qui traitent des sources du gaspillage.

Ce blogue sera consacré aux mouvements comme sources du gaspillage qui, en plus des impacts négatifs sur la performance de l’entreprise, est très associés aux problèmes de lésions professionnelles, notamment les problèmes ergonomiques.

Par définition, un gaspillage pourrait être associé à n’importe quelle étape du processus/geste qui n’apporte pas de valeur ajoutée. En partant de cette définition, on peut conclure que bouger n’est pas nécessairement équivalant à travailler car, seules les étapes d’un processus qui transforment le produit dans les limites du besoin du client sont considérées comme des étapes qui apportent de la valeur ajoutée, ce qui rend généralement difficile de considérer plusieurs mouvements ou déplacements comme des étapes à valeur ajoutée.

Le gaspillage dû aux mouvements inutiles peut donner naissance à plusieurs signes qui peuvent être soit évidents et facilement identifiables ou cachés et qui apparaissaient graduellement.

Le type de signe le plus évident est la chute d’efficience du travail car, si les travailleurs passent du temps à se déplacer, soulever, rechercher, retirer, etc., plutôt que faire des tâches de transformation, l’efficience sera sans doute plus basse que voulue.

Le type de problème qui n’est pas nécessairement directement visible est celui associé aux risques ergonomiques, et même les machines qui sont tenues à faire plus de mouvements que nécessaire seront sujet d’intervention de maintenance plus fréquente au cours de leurs cycles de vie.

Les mouvements inutiles associés au gaspillage sont généralement causés par la mauvais conception et arrangement des postes de travail et/ou des cellules de travail, la mauvaise planification des installations, le manque de formation des travailleurs et la déficience des méthodes de travail.

Afin de s’attaquer à ce type de gaspillage, il existe certainement plusieurs outils/méthodes. Toutefois, l’outil le plus simple et le plus efficace qu’on peut envisager en premier est le fameux « 5S » car cela permet de remettre en question chaque étape et chaque mouvement et d’éliminer ceux qui ne sont pas nécessaires.

D’autres méthodes qui visent à standardiser les méthodes de travail ou à minimiser le temps de certaines opérations nécessaires (ex. : temps de changement de série) sont également des méthodes dont l’effet peut se ressentir immédiatement.

Finalement, il serait pertinent de se rappeler que le fait d’intervenir afin d’éliminer le gaspillage causé par des mouvements inutiles permettra de réduire considérablement le nombre des étapes sans valeurs ajoutées, de plus, les postes de travail deviennent plus sécuritaires et plus ergonomiques ce qui crée un lien sécurité/performance qu’il faut toujours rechercher pour éviter les actions entreprises dans le cadre du « Mal nécessaire ».

Abonnez-vous à notre infolettre

Veuillez vous inscrire pour recevoir les nouveautés, les mises à jour et nos formations disponibles.

  • Ce champ n'est utilisé qu'à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Vous avez besoin de notre expertise pour un projet SST ?

Commençons ensemble en évaluant votre projet avec une consultation téléphonique gratuite de 30 minutes.

Intervention Prévention Inc.

Intervention Prévention œuvre dans le domaine de la sécurité au travail en offrant des services spécialisés répondant aux normes CSA Z462 – Sécurité électrique en milieu de travail, CSA Z460 – Maîtrise des énergies dangereuses : Cadenassage et autres méthodes, et CSA Z432 – Protection des machines. Nos domaines d’expertise sont donc reliés au cadenassage, à la sécurité électrique et à la sécurité machine. La satisfaction de nos clients est le gage de notre compétence

COORDONNÉES

226-3275 rue de l’Industrie
Saint-Mathieu-de-Beloeil (Québec)
J3G 0M8