Les types de dispositifs d’interverrouillage

Par Avr 28, 2022Sécurité machine

La réduction du risque est la phase qui conclut les efforts fournis durant toutes les étapes d’analyse et d’évaluation du risque, car c’est la phase où on agit directement sur les phénomènes dangereux de manière concrète.

La stratégie de la réduction du risque telle qu’elle est décrite dans la norme ISO 12100 et la norme CSA Z432 nécessite le passage par trois étapes dans un ordre bien particulier soient :

1- L’application des mesures de prévention intrinsèques

2- Protections et mesures de prévention complémentaires

3- Information pour utilisation.

Les protecteurs mobiles en général font partie des mesures de réduction du risque de la deuxième étape (protection et mesures de prévention complémentaire), c’est-à-dire, pour réduire un risque résiduel dont la réduction adéquate n’était pas possible par mesure de prévention intrinsèque et , en même temps, un risque très grand pour qu’il soit géré par des informations pour utilisation seulement et que l’analyse et l’évaluation du risque à prouver que la réduction du risque par protection est applicable.

Cet article traita spécifiquement un type des protecteurs mobiles, soit, le protecteur muni de dispositif d’interverrouillage, mais avant d’aller plus loin, il sera nécessaire d’éclaircir un point concernant la terminologie entre la norme ISO 12100 et le règlement sur la santé et la sécurité du travail du Québec (RSST). La norme ISO 12100 appel « Protecteur avec dispositif de verrouillage » ce que la RSST appel « Protecteur à interverrouillage » et la norme ISO 12100 appel « Protecteur avec dispostif d’interverrouillage » ce que la RSST appel « Protecteur à enclenchement ». Pour la suite de l’article, les termes du règlement seront utilisés pour qu’il soit plus facile au lecteur de se référer au règlement sans risque de confusion.

Par définition, un protecteur à interverrouillage est un protecteur mobile qui répond simultanément à trois critères :

1- L’arrêt de la machine lors de l’ouverture du protecteur.

2- La machine reste en arrêt tant et aussi longtemps que le protecteur est ouvert ou déplacé

3- La remise en place/ fermeture du protecteur ne provoquent pas de redémarrage direct de la machine (pour cette condition, il existe des cas particuliers ou il serait possible d’utiliser des protecteurs à interverrouillage avec fermeture commandant la remise en marche de la machine, mais il faut que des conditions très particulières, soit satisfaite pour justifier, son utilisation et ne seront pas traité dans cet article).

Le texte et la formulation des définitions de ce type de protecteurs peuvent légèrement différer entre les normes (ISO 12100, ISO 14120, ISO 14119, CSA Z432) et le règlement, mais la logique est exactement la même.

Les protecteurs à enclenchement sont une version plus avancée que les protecteurs à interverrouillage, car , ils répondent aux mêmes conditions que ces dernières sauf que pour les protecteurs à enclenchement, ils restent bloqués en position fermée jusqu’à ce que le phénomène dangereux est totalement disparu.

Les types des dispositifs d’interverrouillage 

Les concepteurs ont généralement quatre choix (4 types) de dispositifs d’interverrouillage à ajouter à un protecteur (panneau, porte, barrière) pour réaliser un protecteur interverrouillé conformément à la norme ISO 14119.

Type 1 : Ce type regroupe les dispositifs à interrupteur de position à commande mécanique avec actionneur non codé.

L’actionneur dans ce contexte signifie un élément du dispositif d’interverrouillage qui transmet l’état du protecteur au système d’actionnement (fermé ou ouvert).

L’actionneur est considéré comme étant codé lorsque ce dernier est conçu spécialement (en se basant sur ces caractéristiques physiques par exemple, la forme, champ magnétique, etc.) pour actionner un interrupteur de position donné

Le codage est un élément très important dans la prévention du contournement et de neutralisation des dispositifs de verrouillage, car il représente la difficulté de trouver un autre actionneur (libre) qui actionne le même interrupteur.

Il existe trois niveaux de codage

  • Niveau de codage bas : actionneur codé pour lequel 1 à 9 variantes de code sont disponibles
  • Niveau de codage moyen : actionneur codé pour lequel 10 à 1 000 variantes de code sont disponibles
  • Niveau de codage élevé : actionneur codé pour lequel plus de 1 000 variantes sont disponibles

Les dispositifs à came rotation et les dispositifs à came linière sont des excellents exemples d’un dispositif d’interverrouillage de type 1.

Type 2 : Ce type englobe les dispositifs d’interverrouillage à interrupteur de position à commande mécanique avec actionneur codé, le codage dans ce cas se fait généralement par la forme.

Les dispositifs à languette et les systèmes de transfert de clé sont les exemples les plus faciles à trouver pour ce type de dispositif d’interverrouillage.

Les deux types traités jusqu’à maintenant sont des types basés sur la commande mécanique et c’est l’élément qui fait la principale différence avec les dispositifs d’interverrouillage de type 3 et 4 qui sont à commande électrique/électronique et l’actionnement se fait sans contact.

Type 3 : Ce type englobe les dispositifs d’interverrouillage à interrupteur de position à commande sans contact avec actionneur non codé, les exemples connus de ce type sont les capteurs de proximité (inductif/capacitif).

La notion de codage, puisqu’elle n’est pas applicable pour ce type de dispositif , les associe à un très grand risque de neutralisation, pour cette raison, il est nécessaire que leur utilisation soit faite avec précaution et en validant tous les scénarios possibles où une neutralisation raisonnablement prévisible peut avoir lieu.

Type 4 : Les dispositifs appartenant à ce type sont les dispositifs d’interverrouillage à interrupteur de position à commande sans contact avec actionneur codé.

Ce type est le plus utilisé dans les nouvelles machines grâce à sa fiabilité, son adéquation et compatibilité avec plusieurs types d’environnement et sa facilité d’intégration dans les systèmes de commande électronique et électrique.

Les dispositifs à aimants codés et les interrupteurs de position actionnés par étiquettes RFID sont des exemples des dispositifs de ce type.

Le but de cet article c’est de définir les différents types des dispositifs d’interverrouillage comme solutions à mettre en place dans des situations différentes et non une comparaison pour déterminé le meilleur et le pire, car chaque type de dispositifs pourrait être le meilleur ou le pire en fonction de l’application pour laquelle il a été utilisé, l’environnement où ils sera utilisé, et bien évidemment sont adéquation pour réduite les risque en se basant sur une analyse du risque dument effectué.

Parlez-nous de vos besoins et un expert vous répondra!

Intervention Prévention Inc.

Intervention Prévention œuvre dans le domaine de la sécurité au travail en offrant des services spécialisés répondant aux normes CSA Z462 – Sécurité électrique en milieu de travail, CSA Z460 – Maîtrise des énergies dangereuses : Cadenassage et autres méthodes, et CSA Z432 – Protection des machines. Nos domaines d’expertise sont donc reliés au cadenassage, à la sécurité électrique et à la sécurité machine. La satisfaction de nos clients est le gage de notre compétence

COORDONNÉES

137-2020 rue André-Labadie, Beloeil (Québec) J3G 0W6