Tout savoir sur le bilan de vos sources d’énergie

Par | Août 14, 2019 | Environnement

Si le réchauffement planétaire est au centre des débats scientifiques comme ceux des issus des rapports du GIEC (oct. 2018), la consommation d’énergie l’est aussi. De ce fait, les enjeux énergétiques reliés le sont également. Parmi eux, les gaz a effet de serre (GES) liés aux questions climatiques. Le GIEC définit les GES comme ces gaz présents dans l’atmosphere qui absorbent le rayonnement infrarouge et contribuent a l’effet de serre en les redistribuant sous formes de radiations nocifs.

Les enjeux du bilan énergétique pour un bâtiment industriel

Whitmore et Pineau, 2019 définissent les sources d’énergie primaires comme les ressources brutes du milieu naturel qui sont extraites puis converties en énergies secondaires réparties en énergies : éolienne, hydrologique, pétroliere, en charbon, en gaz naturel et en biomasse. Si les industries s’empressent d’intégrer la gestion des problématiques de santé sécurité environnement, elles ont tendance à ralentir au niveau de la considération des sources d’énergies utilisées et générées par leurs opérations/productions. Pourtant le développement d’une industrie est stimulé par sa consommation en énergie. L’énergie est un donc catalyseur de première ligne de la chaine de production dans une industrie.

Selon Ressources naturelles Canada, les systèmes énergétiques industriels, notamment la combustion, la production de chaleur industrielle, la production combinée de chaleur et d’électricité, l’air comprimé, les moteurs, les pompes et les ventilateurs comptent pour approximativement 80 % de toute l’énergie consommée par l’industrie. D’ailleurs Ressources Naturelles Canada travaille en étroite collaboration avec l’industrie canadienne et d’autres groupes de recherche pour identifier les technologies prioritaires permettant de réduire et/ou de récupérer les pertes d’énergie, de diminuer les coûts de production, les besoins en combustibles fossiles et atténuer ainsi la menace du réchauffement climatique en réduisant les GES.

Connaître son bilan énergétique vous permet de poser un regard pointu sur vos données énergétiques certes, mais mieux utiliser ses sources d’énergie (donc moins de pertes), optimiser son systeme énergétique, puis orienter son organisation vers des accréditations valorisantes.

Diagnostique énergétique : définition

Le bilan énergétique a pour but de donner les indicateurs de la consommation énergétique d’un bâtiment. Selon ISO 50002 :2014, le bilan énergétique ou diagnostique énergétique, encore appelé Energy audit en anglais, c’est l’analyse systématique de la consommation d’énergie dans le cadre d’une vérification énergétique définie afin d’identifier, de quantifier et de rendre compte des possibilités d’amélioration de la performance énergétique. Le bilan émis va permettre ainsi d’évaluer aussi bien la consommation en énergie que le niveau d’émission de gaz à effet de serre. Selon la chaire de gestion du secteur de l’énergie à HEC Montréal, le bilan énergétique représente le lien entre les différentes sources d’énergie, leur transport et leur transformation en multiples produits, leur consommation et l’efficacité du système. Cela, sans oublier les impacts économiques et environnementaux engendrés à chacun de ces maillons de la chaîne de l’énergie.

Certifications

Quelques certifications sont élaborées pour classer ces industries et les intégrer dans un système de classement afin de les reconnaître. Particulièrement ces systèmes de standardisation existent en écoconstruction tels que l’Association des propriétaires et gestionnaires d’immeubles (BOMA) du Canada et le Leadership in Energy and Environmental Design (LEED) plus connu que le précédent. Elles sont construites autour de 10 domaines principaux touchant au développement durable au top desquels se trouve l’énergie où la gestion optimale de la consommation d’énergie doit être connue et détaillée. En effet, cela sert à évaluer la performance de gestion d’un bâtiment au niveau de son système mécanique, son éclairage et sa consommation d’énergie. En fonction du type d’immeuble à certifier, la portion Énergie compte pour environ 30 % de l’évaluation totale d’un édifice certifié, ce qui en fait une composante importante, représentant bien l’importance accordée à la gestion énergétique. Pour ce faire, l’industrie doit avoir:

  • Un programme d’entretien préventif des équipements mécaniques et des composantes structurelles de l’édifice
  • Un bilan énergétique selon la norme ASHRAE récent (moins de 5ans)
  • Un plan de gestion de l’énergie
  • Un plan de réduction de la consommation de l’énergie en place

L’énergie demeure donc un paramètre important à maîtriser aussi bien pour les besoins de production que les enjeux interagissant avec facteurs opérationnels.

L’énergie en chiffre au Québec

Au québec, les sources d’énergie utilisées en industrie sont essentiellement hydroélectrique, pétrolière et en gaz naturel, représentant ainsi 41.56 % des émissions de GES avec des pertes énergétiques s’élevant à 26.36 % parmi lesquelles figurent la consommation énergétique des bâtiments.

Comme la plupart des éléments constituant les secteurs d’activités, les édifices industriels engendrent des impacts à chaque stade de leur vie. Soit à la construction, lors de la production, à la démolition en passant par la reconstruction d’une unité, l’exploitation et la fin de vie des infrastructures. Parmi ces impacts sont aussi comptées les émissions de GES.

Cependant, Intervention Prévention en distinguant vos sources d’énergie pourra réaliser un état des lieux de votre consommation et récapituler votre performance énergétique.

 

 

Références

Association des propriétaires et administrateurs d’immeubles (BOMA), 2017. Rapport national de l’immobilier écoresponsable – BOMA BEST 2017. En ligne. http://bomacanada.ca/wp-content/uploads/2017/05/RNIE-2017-Rapport-complet.pdf

ANSI/ASHRAE/ACCA Standard 211-2018. Standard for Commercial Building Energy Audits. Atlanta (USA),  ISSN 1041-2336.

IPCC\GIEC, 2018. « Global Warming of 1.5 ºC » Special Report. [Masson-Delmotte, V., P. Zhai, H.-O. Pörtner, D. Roberts, J. Skea, P.R. Shukla, A. Pirani, W. Moufouma-Okia, C. Péan, R. Pidcock, S. Connors, J.B.R. Matthews, Y. Chen, X. Zhou, M.I. Gomis, E. Lonnoy, T. Maycock, M. Tignor, and T. Waterfield (eds.)]. In Press. https://www.ipcc.ch/sr15/

ISO 50002 :2014. Audits énergétiques – Exigences et recommandations de mise en œuvre. 22p.

Lagnika, S. B. M. (2009). « La gestion des risques environnementaux au sein des entreprises immobilières » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en sciences de l’environnement.

Whitmore, J. et Pineau, P.-O., 2018. État de l’énergie au Québec 2019,  5e édition. Chaire de gestion du secteur de l’énergie, HEC Montréal, préparé pour Transition énergétique Québec.

Abonnez-vous à notre infolettre

Veuillez vous inscrire pour recevoir les nouveautés, les mises à jour et nos formations disponibles.

  • Ce champ n'est utilisé qu'à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Vous avez besoin de notre expertise pour un projet SST ?

Commençons ensemble en évaluant votre projet avec une consultation téléphonique
gratuite de 30 minutes.

Intervention Prévention Inc.

Intervention Prévention œuvre dans le domaine de la sécurité au travail en offrant des services spécialisés répondant aux normes CSA Z462 – Sécurité électrique en milieu de travail, CSA Z460 – Maîtrise des énergies dangereuses : Cadenassage et autres méthodes, et CSA Z432 – Protection des machines. Nos domaines d’expertise sont donc reliés au cadenassage, à la sécurité électrique et à la sécurité machine. La satisfaction de nos clients est le gage de notre compétence

COORDONNÉES

226-3275 rue de l’Industrie
Saint-Mathieu-de-Beloeil (Québec)
J3G 0M8